POUR PLUS DE VIDÉOS, VISITEZ

Galerie de photos

Lane Motor Museum : paradis de la voiture étrange...ou méconnue Retour à la liste des albums photos
 

Il y a 56 photos dans cet album

C’est au beau milieu de Nashville que Jeff Lane, propriétaire du musée et collectionneur aguerri, a élu domicile. Originaire de Detroit et amateur de voitures depuis son tout jeune âge, il s’adonnait déjà à l’adolescence à la restauration d’une MG TF 1955. Toujours attiré par les voitures hors normes, éclectiques et majoritairement européennes, il a débuté sa collection depuis belle lurette.

Ce n’est toutefois qu’en 2003 que M. Lane ouvrait les portes de ce qu’allait devenir l’un des plus impressionnants musées d’automobiles en Amérique du Nord. Aménagé dans les locaux d’une ancienne boulangerie, d’une dimension de 132 000 pieds carrés, il y rassemble aujourd’hui plus de 450 voitures, dont près de 200 sont exposées dans le hall accessible au public.

Joliment aménagé, le musée accueille chaque année diverses thématiques automobiles, allant de la voiture française, aux véhicules d’après-guerre, en passant par la mise en lumière d’un constructeur précis. Lors de notre passage, Lane mettait l’emphase sur les véhicules de marque Tatra, une firme d’origine tchèque qui a cessé la production de voitures en 1998. En plus de rassembler diverses voitures sous des thèmes, on retrouve bien sûr des pièces uniques, exclusives, ou qui font énormément jaser, ainsi qu’une panoplie de microvoitures qui ont bien sûr l’avantage de n’occuper qu’un petit espace.

Ici, les voitures américaines sont pratiquement inexistantes. Les rares exemplaires qui s’y trouvent sont des modèles totalement méconnus du grand public, et qui ne font certainement pas partie des gammes de GM, Ford et Chrysler. Même une Nash Metropolitain serait trop « commune » pour le musée.

La balance des véhicules de la collection est entreposée au sous-sol du bâtiment, qui constitue une véritable caverne d’Ali-Baba pour l’amateur de voitures. Comme à l’étage supérieur, on y découvre des trésors, souvent magnifiques et parfois en piètre état, mais qui passeront tôt ou tard dans les mains des mécanos, qui s’affairent à les restaurer et les entretenir.

Bien entendu, la tâche des mécaniciens est colossale, considérant qu’il n’est jamais possible de dénicher des pièces chez le concessionnaire du coin. La quête de pièces et de solutions pour entretenir ou réparer ces voitures ne cesse donc jamais. Et comme si ce n’était pas assez, Jeff Lane et son équipe continuent toujours à chasser les raretés, qui pourraient représenter une belle addition à la collection. Vous possédez une Autobianchi Bianchina…limousine…à quatre roues motrices, avec sièges en feuilles de palmier? Voilà le genre de bolide qui pourrait attirer l’attention du musée.

Fait intéressant, M. Lane s’assure personnellement de conduire chacune des voitures présentes dans le musée au moins une fois l’an. On exclut ici bien sûr celles qui ne sont pas en état de rouler, mais ces dernières se font plutôt rares. Ce n’est pas non plus une petite fuite d’huile ou un siège déchiré qui arrêtera M. Lane. Il affirme haut et fort que les voitures ont d’abord et construites pour être conduites, et que leur usure fait simplement partie de leur histoire.

Le reportage
*À ceux qui n’auraient pas vu le reportage réalisé à l’émission Puissance3, je vous invite bien sûr à le visionner. Croyez-moi, vous découvrirez quelque chose de franchement unique.

Mon équipe et moi nous sommes donc présentés au Lane Motor Museum au lendemain d’une soirée où nous avions savouré quelques bières locales dans les différents bars country de l’incomparable rue Broadway. Dépaysant, cet environnement n’allait toutefois être que partiel face à un musée que je ne connaissais que de nom.

Accueilli à bras ouverts par une équipe qui connaissait très bien l’existence de la langue française (!), je suis demeuré bouche bée dès mon entrée dans le hall du musée. Je n’avais jamais rien vu de tel. Des voitures à perte de vue…et j’arrivais à peine à identifier le quart de ces modèles avec précision. J’avais donc la confirmation à ce moment que j’allais en apprendre énormément durant cette journée, où je ne savais tout simplement pas où donner de la tête. D’ailleurs, mon caméraman devait très souvent me ramener à l’ordre. Vous savez, l’adage qui dit « comme un enfant dans un magasin de jouet »? Eh bien…c’était ça !

Après la visite et les tournages effectués au premier plancher, Jeff Lane lui-même allait me faire découvrir le sous-sol. Ma première réaction aura été de dire qu’il me serait impossible de tout voir et de tout filmer en une seule journée, ce qui fut vrai. Or, nous avions déjà tourné plus d’images qu’il n’en fallait pour réaliser notre reportage, si bien que les innombrables voitures se trouvant au sous-sol n’allaient être pour nous que du surplus.

Je ne m’attendais toutefois pas à ce qu’on me propose de prendre le volant d’une Renault Alpine pour laquelle j’allais craquer en l’apercevant. Bon…je crois qu’on a compris là-bas que j’étais carrément en amour avec cette voiture, et qu’on me faisait énormément plaisir en me laissant les clés. Il faut dire que si une majorité de voitures sur place m’étaient inconnues, c’était loin d’être le cas pour cette Alpine.

Agile, confortable, audacieuse et super agréable à conduire, la voiture me faisait carrément voyager dans une autre dimension automobile. N’ayant possédé par le passé qu’une Fuego et qu’une 5 (en fin de vie…) comme modèles de Renault, l’Alpine représentait pour moi l’ultime bolide français…avec la R5 Turbo II, bien sûr ! Vous imaginez le plaisir que j’ai donc eu à la conduire…

De retour après la balade, et sachant qu’il me fallait en vitesse retourner à l’aéroport pour rentrer au bercail, j’ai remercié Jeff Lane pour sa grande générosité en lui promettant une chose : que je serais de retour pour passer plus de temps à découvrir sa collection. Ses mots ont été : appelle-moi d’avance, on pourra te préparer les voitures que tu aimerais conduire…

 

 
 
 

Sondage

 

Laquelle de ces sportives aimeriez-vous voir renaître?

Infolettre

 

Inscrivez-vous à l'infolettre pour recevoir des offres et des nouvelles.

Émissions RPM
Émissions RPM Plus