POUR PLUS DE VIDÉOS, VISITEZ

Essai

par Luc-Olivier Chamberland, le 20 février 2017

Toyota Camry Hybrid LE 2017 : réconfortante platitude Retour aux essais
 

Selon mon bon vieux et fidèle Larousse 2003, la platitude se définit comme suit : n.f. 1. Manque d’originalité, banalité 2. Parole banale, poncif, lieu commun. Bien que ces « explications » soient plus littéraires, elles s’appliquent particulièrement bien à la Toyota Camry Hybrid LE 2017 d’un beau gris plat que j’ai eu à l’essai ces derniers temps.

ZZZ

Ai-je réellement besoin de faire un tour du propriétaire pour expliquer de long en large à quel point ma Camry était sexy avec ses roues en acier décorées d’enjoliveur? Que dire aussi de l’imposante sélection de couleurs toutes plus vives les unes que les autres pour égayer nos froids matins d’hiver ? Avec son gris « Argent céleste », elle se fondait à merveille dans notre paysage hivernal teinté de « gadoue » et de « slush » bien fraiches. Bien que j’avais le modèle LE de base pour l’hybride, on peut nouer avec un peu plus d’esthétisme en se dirigeant vers les SE et XLE.

Dans le détour

Pas besoin d’être un grand analyste en design pour savoir que la robe de la Camry inspire les plus puissants somnifères. Heureusement, une nouvelle mouture, nettement plus sexy, a été présentée au Salon de l’auto de Détroit 2017. Si la génération actuelle brille par son aspect générique, la prochaine version de la Camry se montre plus excitante.

Efficace sobriété

À l’image de l’extérieur, la cabine s’affiche avec un gris de déprime. Étant le modèle de base, on délaisse les surpiqures des versions huppées au profit de simples plastiques. Bien que l’on ne s’émoustille pas, la question de l’ergonomie ne pose pas de problème. Sans trop d’équipement, on obtient un accès facile à la grande majorité des boutons.

Dans la Camry, l’espace ne fait pas défaut. On jouit d’une cabine vaste avec de bons dégagements pour quatre personnes. Une cinquième pourra faire le voyage, mais sera moins confortable. Les sièges offrent peu de support étant calqué sur le format de nos voisins du Sud à la taille plus généreuse. Pour l’aspect pratique et familial, on doit faire une concession quant au volume du coffre. La Camry « normale » vient avec une aire de 436 litres alors que l’Hybrid se restreint à 370 litres. Bien que plus petit, soulignons que la malle demeure plus généreuse que celle d’une concurrente, la Chevrolet Malibu Hybrid qui planche à 328 litres.

Pour l’efficacité

Si l’on se présente comme un acheteur de Toyota Camry Hybrid, on se fout éperdument de la puissance du moteur. La seule question qui importe est la consommation. Dans son cas, la Camry fait très bonne figure. Lors de mon essai, j’ai plafonné à un peu moins de 6 litres, à 5,7 litres/100km. Considérant qu’il s’agit d’une intermédiaire, c’est impressionnant. Toujours à titre de comparaison avec la Malibu, dans des conditions similaires, j’ai fait 6,2 litres/100km, un net avantage de 0.5 litre pour la Japonaise.

Pour obtenir de tel chiffre, on se tourne vers le quatre cylindres de 2,5 litres à cycle Atkinson bien connu chez Toyota. Avec une puissance cumulée de 200 chevaux réparti entre le thermique et l’électrique, on jouit d’une belle souplesse en prise de vitesse. La transmission CVT travaille fort pour maintenir la consommation au plus bas niveau, et ça fonctionne. Pour rester sous les 6 litres, on doit évidemment conduire cette Camry avec l’optique en tête qu’il s’agit d’une hybride. Pas d’accélération vive, des freinages progressifs et lever le pied à l’occasion pour favoriser quelques centaines de mètres en mode 100 % électrique.

N’étant pas enfichable, on ne jouit pas d’une réelle autonomie électrique. Comme je disais, quelques centaines de mètres tout au plus. Toutefois en restant vigilant, on peut diminuer la consommation encore plus. Sur le plan technique, cette Camry n’est pas à la fine pointe de la technologie, mais le système Hybrid Synergy Drive se montre toujours très efficace. Sur ce point, la prochaine génération arrive avec une toute nouvelle mécanique que l’on promet encore plus écoénergétique.

Une marchette

Pour une évaluation complète d’un véhicule, on doit nécessairement parler de son comportement. Je vous mets en contexte : Une Camry est plate à mourir sur la route. Imaginez la version hybride qui aseptise le tout? Je compare maladroitement cette Camry à une marchette pour personne âgée. On peut s’y appuyer, mais n’allez pas trop vite!

Étant professionnel, je dois malgré tout me concentrer très fort pour en faire rapport. La direction manque de précision. Les suspensions sont mollasses. Les freins travaillent bien tout en favorisant la récupération de l’énergie cinétique de la décélération. Désolé, j’ai fait du mieux que j’ai pu! Je veux bien croire que pour plusieurs personnes, la notion d’agrément de conduite importe peu, mais il y a des limites et la Camry les dépasse en ce qui me concerne! Sans histoire et sans se poser de question, on va du point A au point B.

Conclusion

Cette génération de la Camry arrive au terme de sa vie. La prochaine version, dévoilée à Détroit, semble très prometteuse, sinon excitante. Pour les personnes qui ne peuvent attendre et qui sont à la recherche d’une berline intermédiaire hybride, la Camry demeure un modèle. Bien qu’elle fasse très bien ce pour quoi elle existe, j’irais voir du côté des Coréennes Hyundai Sonata et Kia Optima, leur consommation est équivalente, mais leur conduite plus inspirante.

Spécifications techniques

Marque
Toyota
Modèle
Camry Hybrid
Année
2017
Version à l'essai
LE
Échelle de prix (excluant les options)
31 739 $ à 38 639 $
Prix de la version à l'essai
31 739 $
Options sélectionnées
Aucune
Moteur
L4 2,5 litres DACT à Cycle Atkinson, 178 ch. (+22 mot élec) @ 6 000 tr-min, 170 lb-pi (+30 mot élec) @ 4 100 tr-min
Transmission
Automatique à variation continue
Rouage d'entraînement
Roues motrices avant
Garantie de base
3 ans / 60 000 km
Garantie du groupe motopropulseur
5 ans / 100 000 km
Consommation annoncée
Ville: 5,6 litres aux 100 kilomètres Route: 6,2 litres aux 100 kilomètres
Consommation enregistrée
5,7 litres aux 100 kilomètres

Points forts / points faibles

  • Très faible consommation
  • Espace intérieur
  • Fiabilité
  • Conduite soporifique
  • Design endormant
  • Absence complète d'excitation
 
 
 

Sondage

 

Laquelle de ces sportives aimeriez-vous voir renaître?

Infolettre

 

Inscrivez-vous à l'infolettre pour recevoir des offres et des nouvelles.

Émissions RPM
Émissions RPM Plus