POUR PLUS DE VIDÉOS, VISITEZ

Essai

par Antoine Joubert, le 5 décembre 2017

Mitsubishi Eclipse Cross 2018 : nouveau souffle Retour aux essais
 

Après 10 ans de loyaux services, la dernière génération de la berline Lancer est sur le point de nous quitter. Encore quelques mois, et les stocks des concessionnaires (millésimés 2017) seront écoulés. Mais puisque le hasard fait bien les choses, cette disparition coïncide avec l’arrivée d’un nouveau joueur d’importance pour Mitsubishi Motors, l’Eclipse Cross. Ce dernier s’immiscera hiérarchiquement entre le RVR et l’Outlander, en tentant de séduire une clientèle attirée par des produits comme le Mazda CX-5 et le Kia Sportage. C’est du moins ce que croient les stratèges de la marque, qui souhaitent bien sûr s’approprier une petite part du gâteau du très prisée du segment des VUS compacts.

Une belle gueule
Première bonne nouvelle, l’Eclipse Cross a bonne mine. Sa ligne plongeante et élancée lui confère un style unique qui saura assurément plaire, tout en attirant une nouvelle clientèle qui n’aurait jamais considéré un produit Mitsubishi dans le passé. Pour commémorer son arrivée, Mitsubishi lance même une édition limitée de l’Eclipse Cross (produite à 150 unités), baptisée Diamond Edition. Jantes de 18 pouces peintes en noir, peinture rouge diamant à 5 couches, ensemble de jupes aérodynamiques avec accents rouges et garnitures de pare-chocs argentées viennent dynamiser encore davantage un véhicule esthétiquement fort réussi.

Malgré sa belle gueule, l’Eclipse Cross ne donne toutefois pas l’impression d’un véhicule ultra moderne, fraichement sorti du four. Les glaces non affleurantes ainsi qu’une partie avant trop semblable à celle de l’Outlander laissent croire à un véhicule lancé il y a quelques années, qu’on aurait nouvellement introduit sur le marché nord-américain, un peu à la façon du Nissan Qashqai. Or, il n’en est rien.

Parlant de Nissan, il faut savoir qu’aucune technologie provenant du groupe Renault-Nissan ne se trouve sur l’Eclipse Cross. Le développement de ce véhicule a été entamé bien avant l’annonce de cette alliance, dont les répercussions seront assurément visibles sur de futurs modèles à venir.

Pas pour la famille
En présentation, Mitsubishi faisait état d’un Eclipse Cross en compétition avec certains joueurs au tempérament plus sportif que la moyenne. Or, il faut aussi comprendre que ceux-ci (lire CX-5 et autres) ne se trouvent pas parmi les plus spacieux du segment. Et voilà sans doute le pire handicap de notre sujet. Un véhicule confortable pour deux adultes, mais à bord duquel l’espace arrière est restreint. La ligne de toit fuyante explique notamment le faible dégagement à la tête, qui affectera tout adulte de plus de 1,70 m. Même le volume du coffre déçoit, surtout en constatant que les dossiers des sièges arrière ne s’inclinent pas à plat. Mince consolation, la banquette arrière divisée à la façon 60/40 est coulissante, ce qui vous permettra d’extirper le meilleur de l’espace, selon vos besoins.

Au volant, le confort et les commodités font heureusement oublier ce léger souci, qui fera sans doute rebrousser chemin à certains acheteurs en quête d’un véhicule familial. Le poste de conduite bien sculpté, ergonomique et joliment présenté, permet à Mitsubishi de faire oublier l’aspect bon marché des habitacles des autres membres de la famille. Certes, les plastiques demeurent par endroit très standards, mais le tout est bien ficelé et surtout, drôlement plus agréable à l’œil. Petit bémol toutefois du côté du siège du passager, verticalement non réglable et beaucoup trop hautement juché.

À jour au chapitre de l’équipement, on propose de série l’incontournable application AppleCarPlay/AndroidAuto, un écran tactile avec pavé tactile indépendant, la radio satellite, les sièges chauffants et la climatisation automatique. Certaines versions ont aussi droit au toit ouvrant panoramique, à la visualisation tête haute, aux sièges arrière chauffants ainsi qu’à la panoplie de systèmes d’assistance à la conduite.

Très conservateur dans l’offre de ses choix mécaniques chez les autres modèles de la gamme, Mitsubishi débarque cette fois avec une toute nouvelle motorisation qui assurément, pourra se retrouver sous le capot de plusieurs autres produits du conglomérat Renault/Nissan/Mitsubishi. Il s’agit d’un petit quatre cylindres de 1,5 litre, à double arbre à cames en tête, turbocompressé et à injection directe de carburant, qui impressionne davantage par son couple que par sa puissance. En effet, les 184 lb-pi de couple livré dès 2 000 tr-min permettent d’obtenir de bonnes reprises pour un agrément de conduite fort étonnant. La puissance annoncée à 152 chevaux n’est certes pas très convaincante, mais s’avère honnêtement adéquate.

Évidemment, on jumelle cette motorisation à une boîte automatique à variation continue, proposant huit rapports simulés. Celle-ci est directement empruntée au Mitsubishi Outlander, le rapport final étant toutefois modifié pour favoriser les accélérations. La bonne nouvelle réside cependant dans l’offre d’un rouage intégral S-AWC (Super All-Wheel Control) de série sur tous les modèles, ce qui explique en partie le prix d’entrée un peu plus élevé que la moyenne. Ce dernier est sans contredit l’un des plus efficaces de l’industrie, puisque doté d’un vecteur de couple agissant de façon latérale pour toujours optimiser l’adhérence des roues ayant le plus de traction. À l’inverse de l’Outlander, qui fait appel à un différentiel actif avant visant à accélérer la roue extérieure en virage pour optimiser l’adhérence et la tenue de route, l’Eclipse Cross propose un système agissant de façon contraire. En effet, on vise plutôt ici à freiner la roue intérieure, ce qui a pour avantage d’offrir un temps de réaction plus rapide et un plaisir de conduire optimisé.

Proposant une bonne tenue de cap, un freinage prompt et une direction communicative, l’Eclipse Cross étonne aussi par son confort. Il faut dire que ce véhicule a droit au même empattement que le Mitsubishi Outlander, avec lequel il partage sa plateforme. Solidement construit et donc exempt de tout craquement, il en résulte une expérience de conduite très intéressante. Du moins, assurément plus qu’avec le vieillissant RVR. Maintenant, il est certain que l’effet d’élasticité de la boîte CVT brime encore le plaisir au volant. Mince consolation, l’insonorisation très efficace étouffe une bonne partie de ce qui devient vite insupportable avec le RVR, c’est-à-dire…le bruit !

Mitsubishi souhaite avec ce véhicule cibler l’acheteur de VUS attiré par l’agrément de conduite, ce pourquoi on mentionne le CX-5 et le Sportage comme compétition directe. Posez la même question aux représentants américains de la marque, et on vous répondra que la clientèle cible est d’abord celle du Ford Escape. Bref, pas évident de comprendre qui est exactement la clientèle visée. Conséquemment, comprenez par cette approche que Mitsubishi se cherche une place et que l’objectif est d’attirer des gens en concession, pour ensuite leur vendre un véhicule, qu’importe lequel.

Avec son style plus racé, il est clair que l’Eclipse Cross séduira quelques acheteurs. Or, en ce qui me concerne, ce produit s’apparente davantage à une Subaru Crosstrek qu’à un Mazda CX-5 ou un Ford Escape. Plus compact, plus amusant, plus stylisé, mais moins spacieux que les VUS compacts de grande série, on lui attribuerait les mêmes avantages que la Crosstrek, qui propose ironiquement la même puissance mécanique et le même type de boîte CVT. Ces deux véhicules se démarquent aussi par leur rouage intégral plus performant que la moyenne, un élément non négligeable. Le seul hic, c’est que Mitsubishi propose l’Eclipse Cross au prix d’un CX-5, et non pas au prix d’une Crosstrek. Avec des prix variant de 28 000$ à 37 000$, difficile de flairer l’aubaine. Tout de même, un produit sérieux, qui apporte un vent de fraicheur à une gamme qui en avait bien besoin…
 

Spécifications techniques

Marque
Mitsubishi
Modèle
Eclipse Cross
Année
2018
Version à l'essai
GT
Échelle de prix (excluant les options)
27 798$ à 37 498$
Prix de la version à l'essai
35 998$
Moteur
4 cyl, 1,5 l turbo DACT, 152 ch @ 5 500 tr-min, 184 lb-pi @ 2 000 - 3 500 tr-min
Transmission
Automatique à variation continue
Rouage d'entraînement
Traction intégrale à prise constante
Garantie de base
5 ans / 100 000 km
Garantie du groupe motopropulseur
10 ans / 160 000 km

Points forts / points faibles

  • Style réussi
  • Excellente garantie
  • Habitacle accueillant (à l'avant)
  • Traction intégrale efficace
  • Espace arrière limité
  • Prix considérable
  • Siège avant du passager non réglable en hauteur
 
 
 

Sondage

 

Laquelle de ces sportives aimeriez-vous voir renaître?

Infolettre

 

Inscrivez-vous à l'infolettre pour recevoir des offres et des nouvelles.

Émissions RPM
Émissions RPM Plus