POUR PLUS DE VIDÉOS, VISITEZ

Essai

par Antoine Joubert, le 15 novembre 2017

Mercedes-AMG GLC 63 S 2018 : nouvelle ère de la performance Retour aux essais
 

3,8 secondes. Voilà le temps nécessaire pour que notre sujet franchisse le traditionnel 0-100 km/h. Utile? Non. Cela dit, la guerre à la puissance des VUS compacts de luxe est bel et bien lancée. Car si Mercedes-AMG a choisi de pousser son GLC à un tel niveau, soyez assurés que la compétition fera de même. D’ailleurs, on peut d’ores et déjà compter sur le Porsche Macan Turbo pour lui faire compétition, ainsi que sur le très puissant Alfa Romeo Stelvio Quadrifoglio, à qui le GLC 63 AMG S doit concéder un maigre 2 chevaux (503 contre 505…).

Bien sûr, parce que l’étoile de Stuttgart ne fait rien à moitié, on propose non pas une, mais bien deux combinaisons du GLC 63 S qui, rappelons-le, se positionne hiérarchiquement au-dessus du GLC 43, déjà très performant. Deux combinaisons? Évidemment, puisqu’en plus du modèle que vous apercevez ici, Mercedes-AMG propose aussi la version Coupe. Un véhicule qui n’a bien sûr rien d’un coupé, mais qui se démarque par une coiffe plus profilée, conséquence d’un coffre moins spacieux. Mentionnons également qu’à l’inverse des Américains, le GLC 63 régulier (lire…sans le S), ne nous est pas offert. Cette version propose 469 chevaux au lieu de 503. Et les stratèges de la marque au Canada ont tout simplement considéré avec raison que l’acheteur attiré par ce genre de véhicule passerait directement à la version S. Logique.

Une campagne sans limites…
Les routes campagnardes et les petits villages entourant la ville de Stuttgart en Allemagne avaient été choisis pour nous faire découvrir les bienfaits du GLC 63 S, lequel vous procure à coup sûr de vives sensations. Tantôt abîmées, souvent très belles, mais toujours ceinturées de jolis paysages, ces routes ont un seul réel avantage par rapport aux nôtres. Vous avez deviné? Eh oui, les limites de vitesse. Ou devrais-je plutôt dire, l’absence de limites de vitesse, même sur un rang tortueux qui sépare deux petits villages. Ces conditions permettent de bien exploiter non seulement la puissance, mais aussi les capacités de cette bête, dotée d’une boîte automatique où des disques d’embrayage remplacent le traditionnel convertisseur de couple. Suspension pneumatique réglable, direction adaptative et gestion variable de la puissance font équipe avec un rouage intégral à distribution variable du couple, de l’arrière vers l’avant, et vice versa. La sonorité monstrueuse émanant des pots d’échappement, aucunement artificielle et qui est d’ailleurs finement étudiée par l’équipe d’AMG, fait également partie du plaisir de conduire de ce GLC. Celle-ci peut d’ailleurs être modifiée à l’activation d’un bouton placé sur la console, la rendant encore plus agressive.

Bien sûr, le cœur de la bête demeure la pièce de résistance. Un moteur V8 de 4,0 litres biturbo, assemblé à la main à l’usine AMG d’Affalterbach, par ceux qu’on baptise les mécatechniciens. Vous pourrez d’ailleurs constater la présence sur le moteur d’une plaque personnalisée portant la signature de celui ou celle qui l’a assemblé. À ce propos, sachez que chaque mécatechnicien doit, pour accéder à ce poste, suivre une formation de 3 ans et demi, laquelle est suivie d’un entrainement intensif de 4 mois.

Et puis?
Honnêtement, le comportement routier du GLC 63 S n’est pas une surprise. Pourquoi? Simplement parce qu’il reflète littéralement celui d’une C63 S, récemment mise à l’essai dans l’émission RPM, avec comme seul handicap un centre de gravité plus élevé. Les accélérations sont aussi foudroyantes, le dynamisme est tout aussi impressionnant, tout comme l’agilité. Maintenant, il est certain que l’aplomb en virage, aussi impressionnant soit-il, ne peut l’être autant que celui de sa petite sœur. En fait, la plus grande surprise est palpable lorsqu’on passe d’un GLC43 à un GLC63 S. D’un véhicule dynamique et puissant, mais plutôt docile et confortable, on passe à une bête musclée qui ne demande qu’à exprimer son talent.

Un mot sur l’habitacle le temps de mentionner que ce GLC nous sert le traitement AMG jusqu’à dans les moindres détails, allant des sièges sport fermes au volant à base plane, en passant par les surpiqûres et autres éléments décoratifs. Offrant un niveau de finition supérieur à celui d’un Stelvio Quadrifoglio ainsi qu’un équipement plus généreux, il ne s’avère pas en revanche pas aussi ergonomique. Si seulement on pouvait simplifier l’exploitation du centraliseur informatique…

Autobahn vs. 15 Nord
Le GLC63 S est un monstre de puissance, extrêmement captivant. Hélas, difficile d’exploiter toute cette puissance sur des routes où les limites sont très basses, fardées de cinémomètres, et sur lesquelles les conducteurs sont démesurément indisciplinés. En Allemagne, les limites de vitesse parfois absentes s’expliquent d’ailleurs par la discipline des conducteurs et sur le respect des règles alors qu’ici…bon, vous connaissez la chanson.

De ce fait, je suis d’avis qu’un Mercedes-AMG GLC43 4Matic peut déjà vous en donner plus que vous n’en avez besoin. Maintenant, il ne s’agit du genre de discours que souhaitent entendre les vrais passionnés de voitures. Ceux-ci vénèrent la course à la puissance et à la performance, ce qu’exploitent à merveille des constructeurs comme Mercedes-Benz. Maintenant, je vous pose la question : est-ce qu’un vrai passionné de voitures de performance peut jeter son dévolu sur un VUS compact de luxe? Surtout lorsque vendu à environ 100 000$? À cela, je répondrais personnellement que les chiffres de vente sans doute faramineux vous le confirmeront d’ici peu.
 

Spécifications techniques

Marque
Mercedes-AMG
Modèle
GLC
Année
2018
Version à l'essai
GLC 63 S
Moteur
V8, 4,0 litres biturbo, 503 ch @ 5 500 tr-min, 516 lb-pi @ 1 750 à 4 500 tr-min
Transmission
Automatique à 9 rapports
Rouage d'entraînement
Traction intégrale à prise constante
Garantie de base
4 ans / 80 000 km
Garantie du groupe motopropulseur
4 ans / 80 000 km

Points forts / points faibles

  • Performances incroyables
  • Sonorité envoûtante
  • Niveau de luxe et de finition
  • Consommation étonnamment raisonnable
  • Performances difficiles à exploiter au Québec
  • Facture, options et coûts d'entretien
 
 
 

Sondage

 

Laquelle de ces sportives aimeriez-vous voir renaître?

Infolettre

 

Inscrivez-vous à l'infolettre pour recevoir des offres et des nouvelles.

Émissions RPM
Émissions RPM Plus