POUR PLUS DE VIDÉOS, VISITEZ

Essai

par Antoine Joubert, le 4 novembre 2016

Lincoln Continental 2017 : expérience sensorielle Retour aux essais
 

Lincoln effectue cette année un retour aux sources en ramenant la Continental, une nomenclature remisée depuis près de 20 ans, et qui aura certainement plus d’impact que sa devancière, la berline MKS. Lincoln ne fait d’ailleurs aucun parallèle entre ces deux voitures, souhaitant plutôt faire oublier l’insuccès de sa précédente berline.

Nouveau porte-étendard de la marque, la Continental vise évidemment à faire découvrir la marque à une nouvelle clientèle, notamment du côté de la Chine. On vise également à faire changer les perceptions d’une marque qui se cherche depuis longtemps une identité unique. Conséquemment, plus question de cloner des modèles à partir de produits Ford, comme on l’a fait jusqu’à tout récemment. Et pas question non plus de s’aligner sur le succès des marques allemandes en tentant de faire de même. Les stratèges de la marque sont conscients qu’il est utopique de penser pouvoir faire la vie dure Mercedes-Benz, et souhaitent plutôt amener la clientèle dans une autre direction.

Les consommateurs peuvent ainsi envisager une expérience sensorielle unique, basée sur leurs besoins réels. De ce fait, on ne retrouve ni performances démesurées ni suspension de béton. Lincoln souhaite offrir une conduite apaisante, un environnement empreint de luxe et de raffinement, ainsi qu’une ergonomie si intuitive qu’elle contribuerait à diminuer le niveau de stress de ses occupants.

L’expérience sensorielle de la Continental débute donc avant même de prendre place à bord. Un éclairage d’accueil tamisé provenant des phares et des rétroviseurs nous initie ainsi à la grâce de la voiture, qui dévoile des lignes sublimes et de magnifiques proportions. Chapeau aux designers de la marque qui ont su créer une berline proposant beaucoup de prestance, et sur laquelle se retrouvent plusieurs touches stylistiques notables. Parmi celles-ci, une ceinture de capot centrale qui continue sa course sur le pavillon, lorsque celui-ci n’est pas vitré, ainsi que des globes optiques avec diodes électroluminescentes reprenant la forme de l’étoile Lincoln. La grille de calandre splendide, la richesse des feux arrière et la juste dose d’éléments chromés figurent aussi sur la longue liste d’éléments qui contribuent à l’élégance d’ensemble. Cela dit, la plus haute note attribuable aux éléments de design est accordée aux rétroviseurs magnifiquement sculptés, ainsi qu’aux poignes de portières en relief, intégrées à même la ceinture de fenestration. D’ailleurs, le seul exercice d’ouverture des portières devient une expérience fort agréable, sans même qu’on ne le réalise.

Une Américaine assumée
Bienvenue dans un environnement où le luxe et le confort sont maîtres. La richesse des matériaux nous éloigne à elle seule d’une berline comme la Ford Taurus, pourtant elle aussi capable d’offrir un luxe certain. Ici, tout est une question d’émotions, de sensations. Raviver les cinq sens fait d’ailleurs partie des objectifs de Lincoln, qui fait état d’un luxe discret et de sérénité dans ses communiqués. Les boiseries sont donc notamment splendides, tout comme la plupart des matériaux utilisés.

Côté luxe, la Continental propose le nec plus ultra en matière de confort. De riches moquettes, des sièges au design extraordinaire possédant jusqu’à 30 fonctions de réglages, ainsi qu’une chaine audio Revel à 19 haut-parleurs, capable de vous transporter directement dans une salle de concert. On propose même un groupe d’options pour passagers arrière offrant l’inclinaison des sièges, lesquels seront alors chauffants, ventilés et massants. S’ajouteront aussi le contrôle du système audio, de la climatisation, ainsi que les pare-soleils assistés et les ceintures de sécurité avec sacs gonflables intégrés.

Chez nous, deux versions au menu. Le modèle Select offert à partir de 57 000$, et le modèle Reserve, pour 6 500$ de plus. Hélas, la version Black Label de haut niveau ne traverse pas notre frontière, celle-ci s’accompagnant de sièges de cuirs perforés, d’un pavillon d’Alcantara et d’un éclairage d’ambiance unique. Est-ce l’existence d’une bière bon marché baptisée de même façon qui expliquerait cette décision canadienne? Ou est-ce simplement une question stratégique? À cette question, Lincoln affirme étudier la possibilité d’une offre éventuelle, conscient que la disponibilité d’une gamme Black Label au Canada obligerait toutefois les concessionnaires à investir dans leurs installations et dans le service aux clients. Car l’expérience Black Label ne se limite pas qu’à la voiture, mais aussi à l’expérience d’achat. À suivre…

Sport : discipline relative
Les berlines sport de luxe se multiplient aujourd’hui sur le marché. Or, parce que le sport réside trop souvent dans l’action de conduire la voiture elle-même, Lincoln choisit de passer droit et de jouer massivement la carte du confort, sans effort. On vous vante évidemment les mérites du régulateur de vitesse intelligent et des diverses fonctions d’assistance au stationnement, mais retenez toujours que la Continental se conduit avec une étonnante facilité.

Cela ne signifie pas pour autant qu’elle est incapable de belles prouesses routières. Dotée de la traction intégrale et d’une gestion variable du couple sur chacune des roues arrière, elle sait mordre au bitume en conservant une trajectoire bien précise, et ce sans que le roulis ne soit prononcé. Proposant une conduite à la carte, la voiture peut voir sa suspension et sa direction raffermies. Les paramètres de transmission peuvent aussi être modifiés, un exercice moins convaincant considérant la réaction saccadée de la boîte en mode sport. D’ailleurs, la présence d’une vieillissante boîte à six rapports demeure un mystère, considérant le niveau de technologie offert sur cette voiture. À quand la boîte à huit ou dix rapports? Stay tuned, nous disent les gens de Lincoln.

Extrêmement souple, la suspension permet d’obtenir un confort ouaté fort appréciable sur un trajet quotidien, surtout lorsque celui-ci comporte une large portion de conduite urbaine ou autoroutière. Les routes secondaires sinueuses ou dégradées auront toutefois comme conséquence d’engendrer un effet de rebond du train arrière qui pourrait alors vous inciter à modifier les paramètres de fermeté.

Sous le capot, deux choix possibles. Un V6 de 2,7 litre biturbo produisant 335 chevaux, lequel est également offert dans l’utilitaire MKX, ainsi qu’un tout nouveau V6 de 3,0 litres biturbo, exclusif à Lincoln, fort de ses 400 chevaux. Nerveux et offrant une puissance linéaire, ce dernier n’incite pas à la délinquance, mais propose tout le muscle nécessaire pour se mesurer à une sportive de renom.

Cadillac dans la mire?
Évidemment, cette berline vise l’acheteur de Cadillac. Et plus spécifiquement celui qui réalisera que Cadillac prend aujourd’hui une tangente sportive, façon BMW, avec tout ce que cela comporte d’inconvénients. Cela dit, les rivales les plus directes de notre sujet se nomment Genesis G80, Lexus GS et Volvo S90. Remarquez que ces voitures, aussi géniales puissent-elles être, se vendent toutes au compte-goutte. Le marché de la Continental au Canada est donc très mince, mais toujours existant. Et même si Lincoln souhaite uniquement concentrer ses efforts sur les ventes au détail, il y a fort à parier pour qu’une majorité de Continental soient choisies comme limousines de service aéroportuaire. Après tout, faut-il vous rappeler que Lincoln dominait jusqu’à tout récemment ce marché avec la Town Car?

Chose certaine, Lincoln a fait ses devoirs. La Continental est belle, luxueuse et moderne, et permettra de modifier positivement l’image de la marque en attirant même le regard de gens qui auraient cru à l’abandon de Lincoln par Ford. Parions également que la Continental sera adoptée par quelques stars du Hip Hop et de la NBA, qui choisiront de la modifier comme on le faisait il y a maintenant dix ans, avec la Chrysler 300. Rendez-vous l’an prochain au SEMA Show de Las Vegas pour contempler ces bolides, qui pourraient bien sûr avoir un impact positif sur les ventes.
 

Spécifications techniques

Marque
Lincoln
Modèle
Continental
Année
2017
Version à l'essai
Reserve
Échelle de prix (excluant les options)
57 000$ à 63 500$
Prix de la version à l'essai
72 000$ + 1 900$ (transport et préparation)
Options sélectionnées
Ensemble technologie (3 000$), Moteur 3,0 litres (3 000$), Ensemble de luxe (5 500$), Toit ouvrant (2 200$),
Moteur
V6, 3,0 litres biturbo, DACT,
Transmission
Automatique à 6 rapports
Rouage d'entraînement
Traction intégrale à prise constante
Garantie de base
4 ans / 80 000 km
Garantie du groupe motopropulseur
6 ans / 110 000 km
Consommation annoncée
Ville: 14,4 l aux 100 km Route: 9,7 l aux 100 km

Points forts / points faibles

  • Design sublime
  • Souci du détail
  • Confort royal
  • Qualité de finition et fabrication
  • Boîte automatique décevante
  • Version Black Label non disponible au Canada
  • Réputation à rebâtir
 
 
 

Sondage

 

Laquelle de ces sportives aimeriez-vous voir renaître?

Infolettre

 

Inscrivez-vous à l'infolettre pour recevoir des offres et des nouvelles.

Émissions RPM
Émissions RPM Plus