POUR PLUS DE VIDÉOS, VISITEZ

Essai

par Benoit Charette, le 23 novembre 2016

Infiniti Q60 2017 : élégante avant tout Retour aux essais
 

L’histoire de la Q60 a débuté en 2002 avec l’Infiniti G35 coupe qui offrait à l’époque un V6 3,5 litres de 300 chevaux. La G35 est devenue la G37 en 2007 avec un 3,7 V6 qui passait à 330 chevaux. Pour 2017, la Q60 offre comme modèle le plus performant un V6 trois litres turbo de 400 chevaux, mais vous avez aussi le choix d’autres moteurs.

Belle robe

Les modèles coupés représentent une petite niche dans le monde automobile. Seulement 5% de toutes les voitures vendues sont des coupé. Les joueurs sont rares dans cette catégorie. Les Allemands ont l’Audi A5, la Mercedes Classe C ou la BMW Série 4, les Américains ont la Cadillac ATS et les Japonais la Lexus RC. Chaque compagnie automobile trouve une tournure poétique pour présenter un style de véhicule qui lui est propre. Chez Infiniti, les concepteurs parlent de «Powerful elegance» ou si vous voulez la puissance élégante. Il faut admettre que la ligne est très réussie et s’inspire du concept Q80 qu’infiniti avait présenté au Salon de l’auto de Paris en 2014. On reconnaît des traits caractéristiques des modèles Infiniti comme la grille à double arches à l’avant, les phares en forme d’œil humain et le pilier C en forme de croissant en demi lune. Une ligne à la fois sobre et contemporaine.

Mieux habillée

Infiniti a fait beaucoup d’effort dans les plus récents modèles pour élever d’un cran la qualité perçue. Pensez à la récente QX30 ou le gros QX80. On retrouve une âme à cette voiture qui n’était pas présente dans le précédent modèle. Vous avez entres autres Bose qui a travaillé en étroite collaboration avec Infiniti pour offrir un système d’atténuation du bruit comme dans les écouteurs que vous achetez , mais pour tout l’intérieur de la voiture qui brille par son excellent silence de roulement. Vous pouvez aussi obtenir un système audio de 13 hauts parleurs sur la liste des options. Les cuirs véritable et le poste de commande orienté vers le conducteur ajoute au côté sportif de la voiture. Les places arrière ne sont pas des plus spacieuses, mais dans la bonne moyenne pour un coupé. On retrouve malheureusement plusieurs boutons en plastiques bon marché qui proviennent directement de chez Nissan, une erreur difficile à pardonner dans un modèle qui se veut haut de gamme.

Vous avez le choix de trois moteurs

Le premier est un 4 cylindres deux litres de 208 chevaux qui provient du QX30 et fourmi par Mercedes. Il offre 228 livres-pieds de couple et est jumelé à une boîte automatique à sept rapports. Vient ensuite le moteur V6 3,0 litres turbo offert en deux saveurs. La première variante de ce moteur culmine à 300 chevaux alors que la version Red Sport en offre 400 chevaux. Tout comme le 4 cylindres, la transmission est automatique à sept rapports avec manettes au volant. Tous les modèles vendus au Canada seront uniquement offert en version 4 roues motrices. À l’image des autres voitures sports japonaises, les moteurs, mêmes le plus puissant, reste discret dans son approche. Il faut jouer sérieusement du pied droit pour extirper la puissance disponible qui semble se faire désirer avant d’exploiter son plein potentiel.

Une conduite plus précise

Chez Infiniti, les ingénieurs ont voulu mettre le paquet sur la conduite. La Q60 présente en primeur la 2e génération de la direction adaptative qui permet de moduler la fermeté de la direction et donner un ressenti plus direct entre les mains. Le mot d’ordre réside véritablement dans la conduite à la carte. Il est possible à travers les différents modes de conduite d’ajuster tous les paramètres individuellement. De la suspension à la direction en passant par le moteur et la transmission, Infiniti affirme qu’il y a plus de 336 différentes combinaisons de conduite qui permettra même aux plus exigeants des conducteurs de trouver chaussures à son pied. Cela dit avec les 300 km de conduite au cours de notre journée d’essai, il a été difficile de voir une véritable différence entre la multitude de modes utilisée. La direction adaptative est un progrès face à la première tentative sur la Q50, mais n’arrive pas encore à égaler une direction hydraulique et malgré le fait que son ressenti est meilleur, cela demeure encore assez artificiel entre les mains

Conclusion

Pour faire face à une concurrence allemande qui est armé jusqu’au dent, la marge d’erreur est inexistante pour les aspirants à la couronne. Infiniti a un produit crédible, mais sans plus. Les sièges très confortables se retrouvent dans un habitacle trop serré et la technologie à deux écrans n’est pas intuitive. L’habitacle est bien, mais pas aussi riche que les allemands et la puissance est bonne, mais encore une fois pas à la hauteur de Mercedes, Audi , BMW et même Lexus.

 

Spécifications techniques

Marque
Infiniti
Modèle
Q60
Année
2017
Version à l'essai
Red Sport
Échelle de prix (excluant les options)
45 990 à 64 190 $
Prix de la version à l'essai
71 190 $
Options sélectionnées
Groupe Technologie ( 1 850$), direction adaptative ( 1 000$), groupe assistance conducteur ( 2 250$), groupe Premium Plus ( 2 250)
Moteur
V6, 4,0 litres, DACT, 400 ch @ 6400 tr-min, 350 lb-pi @ 1600 à 5200 tr-min
Transmission
Automatique à 7 rapports
Rouage d'entraînement
Traction intégrale à prise constante
Garantie de base
4 ans / 100 000 km
Garantie du groupe motopropulseur
6 ans / 110 000 km
Consommation annoncée
Ville: 11,7 litres aux 100 km Route: 8,7 litres aux 1q00 km
Consommation enregistrée
10,7 litres aux 100 km

Points forts / points faibles

  • Sièges confortables
  • Silence de roulement
  • Ligne réussie
  • Espace restreint à l’intérieur
  • Peu de différence entre les différents modes de conduite
  • Info divertissement peu conviviale
 
 
 

Sondage

 

Laquelle de ces sportives aimeriez-vous voir renaître?

Infolettre

 

Inscrivez-vous à l'infolettre pour recevoir des offres et des nouvelles.

Émissions RPM
Émissions RPM Plus