POUR PLUS DE VIDÉOS, VISITEZ

Essai

par Samuel Lessard, le 13 juin 2017

Hyundai Santa Fe Sport 2017 : efficacement inoffensif Retour aux essais
 

La troisième génération de Santa Fe, arrivée en 2013, a amené deux variantes dans la gamme. La version XL offre 7 places grâce à son empattement allongé alors que la version Sport n’offre que 5 places. Toutefois, le Santa Fe Sport est un produit curieusement positionné par rapport à ses concurrents. En longueur hors-tout, il est légèrement plus long que les VUS compacts traditionnels sans toutefois bénéficier d’un espace intérieur plus grand. Le Santa Fe Sport n’est toutefois pas exactement aussi grand que les VUS intermédiaire comme le Nissan Murano et le Ford Edge. Il se situe donc entre deux catégories.

Avec tout juste un peu plus de 24 000 exemplaires vendus, le Santa Fe Sport est le deuxième modèle le plus vendu de la marque au Canada. D’ailleurs, l’édition 2016 est la moins vendue depuis qu’il est arrivé en 2013. Cette légère baisse dans les ventes concorde avec l’arrivée du Tucson, qui a certainement grugé des ventes à son grand frère.

Donc, quelles sont les cartes que le Santa Fe Sport a dans sa manche pour se défendre face à cette concurrence qui provient non seulement de l’extérieur, mais également de l’interne ?

Un des meilleures cartes que le Santa Fe Sport peut jouer est celle de son design extérieur. La ligne est fluide, bien agencée et au goût du jour, en particulier avec l’ajout des feux de jour à DEL pour 2017. Les accents de chrome sont bien dosés, et la finition est sérieuse et très juste. Les roues 17 pouces de la version SE d’essai paraissent cependant trop petites à cause de l’immense flanc des pneus Kumho Crugen, nécessaire pour emplir les puits de roues qui sont tout aussi volumineux. Cette peccadille est toutefois réglée sur les versions Limited et Ultimate qui sont munies de roues de 19 pouces, conférant un air encore plus haut de gamme au Santa Fe.

Pas de flafla
Un sentiment nous gagne quand on prend place à bord du Santa Fe. Tout d’abord, l’accès à l’habitacle se fait par une translation du corps plutôt que par une ascension ou une descente. Une fois installé, la position de conduite est très élevée et le volant est très incliné vers l’instrumentation. Le capot plonge aussi vers l’avant, de telle sorte qu’on ne le voit pas quand on est au volant. Tous ces éléments conjugués ensembles donnent l’impression d’être au volant d’une minifourgonnette. Cette caractéristique est plus surprenante que péjorative, dans la mesure où on s’attend plutôt à une sensation plutôt de type « camion » de la part d’un VUS.

Le dessin du tableau de bord est classique et la qualité des matériaux est bonne, tout comme l’assemblage et la finition. L’espace est bon autant à l’avant qu’à l’arrière, ce qui contribue au confort du véhicule. Le système d’info-divertissement est simple à utiliser mais son écran est trop petit. Le coffre est généreux, mais le seuil est élevé, ce qui agace lors du chargement et du déchargement. Aucun craquement ou bruit suspect ne s’est fait entendre malgré la présence d’un toit ouvrant panoramique, par ailleurs très bien conçu. Le sérieux de Hyundai en matière de conception d’habitacles n’est plus à démontrer. Essentiellement, l’intérieur est bien pensé et bien ficelé, mais n’offre rien de plus que ce que le consommateur s’attend d’un tel véhicule en termes de rendement.

Rendement sans soucis
Sur la route, le moteur 4 cylindres de 2,4 litres de 190 chevaux et 181 livres-pied de couple se fait oublier. Il est silencieux, et la boîte automatique auquel il est marié est douce, assez rapide et bien étagée. L’ensemble est tout à fait adéquat pour mouvoir le Santa Fe au quotidien. La tenue de route est correcte, avec une tendance au sous-virage marquée et une dose de roulis quand on pousse le véhicule. La direction est complètement muette malgré qu’elle soit relativement précise et que l’assistance soit bien dosée, ce qui est typique des véhicules de cette catégorie. Les pneus 17 pouces Kumho à large flanc sont silencieux mais atteignent rapidement leur limite d’adhérence.

Un point particulièrement agaçant est l’épaisseur et la configuration des piliers D. Ils sont massifs et la fenêtre de custode est effilée vers le haut, ce qui fait que la visibilité trois quart arrière est déficiente. La présence d’une caméra de recul et d’un système de surveillance des angles morts amenuise cet irritant, mais rien ne peut remplacer le fait de regarder soi-même sans avoir recours à quelconque technologie.

Au quotidien, cet environnement n’incite aucunement à la conduite sportive; une attitude zen et coulée est beaucoup mieux adaptée au Santa Fe. Le véhicule procure un confort et un calme appréciable, faisant du Santa Fe un véhicule duquel on tire le meilleur sur des trajets constants et à vitesse modérée. En fait, c’est surtout là que le Santa Fe Sport brille, puisqu’il s’agit d’un véhicule qui aime la tranquillité.

Un prix discutable
Puisque le Santa Fe Sport est à cheval entre deux catégories, le verdict en ce qui a trait au prix payé varie en fonction du véhicule avec lequel on le compare. En comparaison avec les VUS compacts, il est légèrement trop cher pour ce qu’il offre. Avec un prix de 36 804 $ (transport et préparation inclus), un hayon électrique et un écran de système info-divertissement plus grand auraient été les bienvenus. À titre de comparaison, le comparable Honda CR-V EX-L est offert à partir de 37 330 $, soit approximativement 530 $ de plus que le Santa Fe Sport SE. Par contre, le CR-V dispose de plus d’équipement, comme entre autres une brochette complète d’aide à la conduite et un hayon électrique. Même son de cloche quand on compare avec le Toyota RAV4 XLE.

Par contre, vis-à-vis des VUS intermédiaires à 5 passagers qui sont légèrement plus gros mais dont l’espace intérieur ou la longueur hors-tout sont similaires, le Santa Fe est moins cher. Des véhicules comme le Ford Edge ou le Nissan Murano sont plus chers, mais sont également plus puissants. Pour que la comparaison soit juste, il faudrait que le Santa Fe soit muni du moteur 2.0T de 265 chevaux.

Donc, est-ce que le Santa Fe Sport dispose d’atouts suffisants pour convaincre ? Clairement, mais à condition qu’on le prenne pour ce qu’il est. C’est un véhicule sans tracas qui propose un bon espace et un bon confort. Il n’est pas excitant ni amusant, mais comme produit familial, il satisfait aux exigences.
 

Spécifications techniques

Marque
Hyundai
Modèle
Santa Fe Sport
Année
2017
Version à l'essai
SE 2,4L
Échelle de prix (excluant les options)
28 599 $ à 44 599 $
Prix de la version à l'essai
34 899 $ + 1 905 $ (transport et préparation) = 36 804 $
Options sélectionnées
aucune
Moteur
4 cylindres en ligne, 2,4 litres, DACT, injection directe. 190 chevaux @ 6 300 tr/min et 181 livres-pied de couple @ 4 250 tr/min
Transmission
Automatique à 6 rapports
Rouage d'entraînement
Traction intégrale à prise temporaire
Garantie de base
5 ans / 100 000 km
Garantie du groupe motopropulseur
5 ans / 100 000 km
Consommation annoncée
Ville: 12,5 litres/100 km Route: 9,3 litres/100 km
Consommation enregistrée
9,1 litres/100 km

Points forts / points faibles

  • Solidité de l'ensemble
  • Confort appréciable
  • Accès aisé
  • Groupe motopropulseur adéquat
  • Comportement routier correct
  • Rapport prix/équipement à corriger
  • Visibilité arrière atroce
  • Position de conduite trop élevée
  • Ennuyant
 
 
 

Sondage

 

Laquelle de ces sportives aimeriez-vous voir renaître?

Infolettre

 

Inscrivez-vous à l'infolettre pour recevoir des offres et des nouvelles.

Émissions RPM
Émissions RPM Plus