POUR PLUS DE VIDÉOS, VISITEZ

Essai

par Vincent Aubé, le 28 mai 2017

Chevrolet Trax 2017 : renouvelé, mais... Retour aux essais
 

Pendant que l’industrie s’ajuste à cette nouvelle mode des multisegments trop petits pour trimbaler la famille – j’exagère à peine ici –, d’autres joueurs, présents depuis quelques années déjà dans ce créneau bien précis, y vont de quelques modifications de mi-parcours. C’est le cas du Chevrolet Trax qui, bon an mal an, est parmi nous depuis l’année-modèle 2013.

Du nouveau à l’extérieur pour 2017
Pour contrer l’offensive des Honda HR-V, Jeep Renegade, Fiat 500X et Subaru Crosstrek (pour ne nommer que ceux-là), Chevrolet se devait d’apporter une série de modifications qui permettent au moins de différencier une livrée 2017 face aux éditions antérieures.

D’emblée, le design introduit sur les plus récents modèles de la marque se fond assez bien à la robe du multisegment urbain. Le museau est plus affirmé grâce à cette grille de calandre à deux étages et ces blocs optiques de type projecteur. Notez également que les feux de jour aux diodes électroluminescentes ajoutent au spectacle.

Juchée sur des jantes de 18 pouces, cette édition Premier – celle-ci remplace le modèle LTZ – a de la gueule… et une facture salée en matière de caoutchouc, ne l’oublions pas! Quant à la portion arrière, le dessin des feux de position n’est pas sans rappeler le « B » des modèles Bentley, rien de moins.

Au final, je dois l’avouer, ce petit VUS urbain est sympathique avec ses ailes bombées et sa silhouette de bolide de rallye. C’est toutefois dommage de constater certaines fautes au niveau de la carrosserie, certains panneaux étant mal alignés, un commentaire qui s’applique beaucoup moins au grand frère fraîchement débarqué cet hiver, le Chevrolet Equinox 2018.
Espérons que ce détail sera corrigé lors de la vraie refonte dans quelques années.

Du nouveau à l’intérieur aussi…
Une refonte de mi-parcours amène souvent son lot de nouveautés à l’intérieur. À l’instar du cousin de plateforme, le Buick Encore, le département de design a également travaillé à peaufiner l’habitacle, la planche de bord étant l’élément le plus distinctif ici. Plus épurée, celle-ci met l’accent sur l’écran tactile central, celui-ci étant manipulé grâce à ces quelques touches situées juste en dessous. Pour la ventilation, les trois molettes situées plus bas sont assurément moins « glamour » que certaines solutions tactiles, mais en revanche, il est très simple de s’y retrouver au quotidien. Derrière le volant, l’affichage est également de nouvelle facture, avec la présence de cet écran d’informations.

Pour ce qui est du reste, le Trax reste fidèle à lui-même, l’espace étant suffisant à l’avant et un peu moins à la deuxième rangée et dans le coffre. Mais bon, peut-on lui reprocher ce volume intérieur? Pas vraiment, car sa vocation est de répondre aux besoins d’un couple urbain, tout au plus. Il faut tout de suite oublier le transport de la marmaille à bord de ce dernier, à moins que celle-ci se compte sur un seul doigt!

Et en ville, comment se comporte-t-il ce VUS urbain?

Tout d’abord, son gabarit autorise des manœuvres plus corsées lorsque la circulation s’alourdit. Un cul-de-sac serré? Pas de problème, le Trax est capable de se faufiler, surtout grâce à cette caméra de recul qui facilite encore plus les stationnements. La vision arrière n’est pas sa plus grande force, mais de nos jours, ce défaut de fabrication est répandu à l’ensemble de l’industrie.

J’ai plutôt redécouvert le même Chevrolet Trax lors de cet essai mi-urbain mi-autoroute. Son insonorisation peut être excusée, mais la dureté de sa suspension (c’est mieux avec les jantes au diamètre réduit en passant) combinée à nos lamentables routes rend les promenades désagréables. Un aller-retour dans le trafic de la métropole m’a convaincu de l’inconfort de ce véhicule.
Deux heures plus tard, mon dos était en compote, tout comme celui de mes passagers, je n’exagère même pas!

L’autre point qui m’agace avec ce bouledogue de ville, c’est sa mécanique. Avec une puissance de seulement 138 chevaux, le Chevrolet Trax est poussif à l’accélération et la sonorité de ce petit moulin de 1,4-litre n’a rien d’inspirant. Est-ce que ce serait plus dynamique avec une bonne vieille boîte de vitesses manuelle? J’ose croire que oui, mais sur les livrées bien équipées, ce type d’équipement n’est pas offert. Heureusement, le rouage intégral s’avère efficace lorsque les conditions de conduite s’amenuisent.

Mais, à plus de 32 000 $, le Chevrolet Trax doit se frotter à une concurrence de plus en plus nombreuse qui, dans certains cas, est plus amusante à conduire en plus d’offrir un confort supérieur. Il serait donc judicieux de jeter un coup d’œil ailleurs avant d’opter pour le représentant au nœud papillon.

 


 

Spécifications techniques

Marque
Chevrolet
Modèle
Trax
Année
2017
Version à l'essai
Premier
Échelle de prix (excluant les options)
19 795 $ à 30 245 $
Prix de la version à l'essai
30 995 $ + 1700 $ (frais de préparation)
Moteur
4 cyl, 1,4-litre turbo, DACT, 138 ch @ 4900 tr/min, 148 lb-pi @ 1850 tr/min
Transmission
Automatique à 6 rapports
Rouage d'entraînement
Traction intégrale à prise temporaire
Garantie de base
3 ans / 60 000 km
Garantie du groupe motopropulseur
5 ans / 160 000 km
Consommation annoncée
Ville: 9,8 l aux 100 km Route: 7,7 l aux 100 km
Consommation enregistrée
9,2 l aux 100 km

Points forts / points faibles

  • Agile en ville
  • Rouage intégral efficace
  • Suspension raide
  • Insonorisation à améliorer
  • Vision arrière limitée
 
 
 

Sondage

 

Laquelle de ces sportives aimeriez-vous voir renaître?

Infolettre

 

Inscrivez-vous à l'infolettre pour recevoir des offres et des nouvelles.

Émissions RPM
Émissions RPM Plus