POUR PLUS DE VIDÉOS, VISITEZ

Essai

par Vincent Aubé, le 14 mai 2017

Chevrolet Equinox 2018 : une excellente première impression Retour aux essais
 

Niagara Falls, ON – De nos jours, il ne se passe pas une journée sans que nous vous parlions de ce type de véhicule. Le VUS, multisegment, « crossover » – appelez-le comme vous voulez – est devenu la coqueluche des automobilistes et plus les années passent, plus ces versatiles véhicules évoluent.

Le Chevrolet Equinox fait peau neuve pour l’année 2018, lui dont la génération précédente était en service depuis 2010 sous cette forme. Face aux ténors que sont le Toyota RAV4, le Honda CR-V ou le Ford Escape, le représentant au nœud papillon n’a jamais pu inquiéter ces utilitaires compacts, et ce, malgré des chiffres de ventes relativement stables.

Cette position moins envieuse dans le peloton de tête de l’une des catégories les plus courues a certainement agacé bien des gens au sein du géant américain. C’est sûrement ce qui explique pourquoi le cycle de vie du modèle sortant a été aussi long. Le constructeur a pris son temps dans le développement de ce troisième opus, lui qui sera secondé par un GMC Terrain entièrement revu également.

Le nouveau venu arrivera-t-il à s’immiscer dans le top 5 des VUS compacts au Canada, voire même aux États-Unis? En attendant de pouvoir répondre à cette question, voici ce qui est ressorti de ce premier essai effectué dans la belle région de Niagara Falls, en Ontario.

Un nouveau véhicule… sur toute la ligne!

Le modèle sortant n’était pas une atrocité sur roues, mais disons qu’il commençait à montrer des signes de vieillesse. Pour la mouture 2018, les ingénieurs ont fait table rase. Nouvelle plateforme, design raffiné, habitacle mieux insonorisé, une diète qui enlève pas moins de 400 livres et même un choix de trois moteurs 4-cylindres turbo. Outre le design familier, le nouvel Equinox est méconnaissable!

La perte de poids est très tendance dans l’industrie automobile et l’ancienne livrée avait besoin de passer au gym, ne serait-ce que pour améliorer l’agilité ou même la consommation de carburant. Le nouveau VUS est plus court de quelques centimètres, mais propose tout de même un volume intérieur plus vaste.

Sous le capot, le moteur de base, un 4-cylindres turbo à injection directe d’une cylindrée de 1,5-litre livre tout de même une puissance de 170 chevaux et un couple optimal de 203 lb-pi. Il est donc dans la bonne moyenne de la catégorie. Pour plus de punch, le 4-cylindres turbo à injection directe de 2,0-litres de cylindrée d’une puissance de 252 chevaux-vapeur et 260 lb-pi de couple (sa commercialisation débutera cet été) s’adresse à ceux qui apprécient les accélérations à l’emporte-pièce, tandis qu’une troisième option viendra se greffer à l’alignement à l’automne, celle-ci étant abreuvée au diesel. Le bloc turbodiesel de 1,6-litre (136 ch / 236 lb-pi) sera un bon test – n’oublions pas le très attendu Mazda CX-5 diesel qui arrivera en même temps – pour la popularité de cette technologie en Amérique du Nord après le scandale Volkswagen.

Les deux petits moteurs seront accouplés à des boîtes automatiques comptant 6 rapports, tandis que le 2,0-litres aura droit à une unité à 9 vitesses.

Le 1,5-litre d’abord… et un agrément inespéré!
Vous l’avez peut-être déjà aperçu sur nos routes ce nouvel Equinox et si c’est le cas, il y a fort à parier qu’il s’agissait d’une livrée munie du moteur de base. Fait intéressant, les trois niveaux de finition (LS, LT et Premier) seront tous disponibles avec ou sans le rouage intégral.

Depuis ses débuts en 2005, le Chevrolet Equinox n’a pas vraiment convaincu qui que ce soit pour son agrément de conduite. Le moteur 4-cylindres de l’ancienne version était poussif et sa sonorité laissait à désirer, tandis que l’insonorisation n’aidait en rien l’expérience de conduite. Le modèle à moteur V6 était plus intéressant, mais ne s’adressait pas à toutes les bourses.

Je dois l’avouer, dès les premiers tours de roue de cette édition 2018, l’économie de poids saute aux yeux et malgré la taille du moteur, les accélérations sont fort acceptables pour un modèle de base. Mieux encore, le son à haut régime du bloc 1,5-litre rappelle certaines voitures japonaises et la boîte de transmission n’a pas présenté d’irrégularité pendant ces deux jours passés au volant.

Toutefois, ce qui a le plus étonné lors de cette prise de contact, c’est la douceur de roulement et la fermeté de la suspension. J’ai peine à y croire, mais l’Equinox présente des similitudes avec certains modèles allemands. Quant à l’insonorisation, elle transforme carrément la perception que nous avions de ce modèle. J’irais même jusqu’à dire que l’Equinox 2018 est dorénavant l’un des plus amusants à conduire de la catégorie, c’est vous dire!

Et ce n’est pas tout…

C’est vraiment ce qui ressort de ce premier contact : son comportement sur route. Au-delà de cette belle surprise, l’Equinox 2018 conserve une liste de prix concurrentielle par rapport au modèle sortant tout en offrant encore plus d’équipement à bord.

Par exemple, la sellerie chauffante à la première rangée, la connectivité 4G sans fil LTE et cette alerte qui s’active à l’extinction du moteur pour rappeler au conducteur de regarder à la deuxième banquette (après tous ces cas de bambins oubliés sur la banquette arrière d’un véhicule en pleine canicule) sont tous livrés d’office. La caméra de recul, l’écran tactile de 7 pouces, la clé intelligente et même le démarreur à distance font aussi partie de l’équipement de base du modèle LS.

Conclusion
Le constructeur américain a fait ses devoirs. Non seulement le Chevrolet Equinox s’est nettement amélioré, mais son prix d’entrée a même diminué… de quelques dollars! La fiabilité de dernier reste encore à prouver, mais pour une première impression, disons que c’est réussi.
 

Spécifications techniques

Marque
Chevrolet
Modèle
Equinox
Année
2018
Version à l'essai
Premier 4RM
Échelle de prix (excluant les options)
26 995 $ à 35 995 $
Prix de la version à l'essai
35 995 $ + 1 775 $ (frais de préparation)
Moteur
4 cyl, 1,5-litre, DACT, 170 ch, 203 lb-pi
Transmission
Automatique à 6 rapports
Rouage d'entraînement
Traction intégrale à prise temporaire
Garantie de base
3 ans / 60 000 km
Garantie du groupe motopropulseur
5 ans / 160 000 km
Consommation annoncée
Ville: 9,2 L Route: 7,3 L
Consommation enregistrée
8,6 L

Points forts / points faibles

  • Agrément de conduite
  • Finition en hausse
  • Silence de roulement
  • Sièges durs
  • Pas de régulateur de vitesse intelligent
  • Accoudoir central trop élevé
 
 
 

Sondage

 

Laquelle de ces sportives aimeriez-vous voir renaître?

Infolettre

 

Inscrivez-vous à l'infolettre pour recevoir des offres et des nouvelles.

Émissions RPM
Émissions RPM Plus