POUR PLUS DE VIDÉOS, VISITEZ

Essai éclair

par Luc-Olivier Chamberland, le 20 avril 2017, San Antonio, TX

Volkswagen Atlas 2018 : près du sommet Retour aux essais
 

Volkswagen écoute ses consommateurs nord-américains avec l’introduction d’un premier utilitaire sport à sept places, le Volkswagen Atlas 2018. Co-vedette de la famille en 2018 avec le Tiguan, Volkswagen annonce par le fait même que le Touareg tire sa révérence, pour mieux revenir en 2019. Nous voilà donc face à la réplique de Volkswagen aux grands ténors de la catégorie des utilitaires sport intermédiaires : les Honda Pilot, Toyota Highlander et Ford Explorer. À la lumière de ce premier contact, il n’est pas au sommet, mais n’en est pas très loin.

On s’y fait
Le style de l’Atlas ne laisse personne indifférent. Élaboré à partir du Concept CrossBlue 2013, on constate des airs de famille, mais le concept était nettement plus réussi. Certains y voient une forte ressemblance avec le Jeep Grand Cherokee en raison de la carrure de la partie avant, d’autres avec le Mitsubishi Endeavor en raison de ses arches de roue exacerbées. Bien qu’il suive les dogmes du segment à la perfection, l’approche dynamique de Volkswagen lui permet de se distinguer avec une forte personnalité. Il paraît perturbant aux premiers regards, mais avec le temps, on apprécie ses traits..

La famille d’abord et avant tout
Les personnes qui ont conçu l’habitacle de l’Atlas savaient ce qu’ils faisaient. Tout d’abord, la planche de bord brille par sa simplicité et son esthétisme, pas trop de fioritures, si ce n’est de l’accablante fausse boiserie. On mélange les textures qui donnent un aspect intéressant à la présentation. Outre le fait que l’on ne voit que des plastiques à bord, mentionnons l’exceptionnelle qualité de l’assemblage, aucun reproche à ce chapitre.

Le poste de pilotage de la version à l’essai, Execline, propose une instrumentation récupérée directement de chez Audi. On retrouve l’écran numérique (Volkswagen Digital Cockpit) de 12,3 pouces configurable à la carte. De là, on obtient une vaste collection d’informations toutes plus utiles les unes que les autres. L’ergonomie se montre aussi exemplaire avec plusieurs contrôles au volant et par l’écran tactile central de 8 pouces.

La vie à bord s’exprime par des assises confortables pour les deux premières rangées. Bien qu’une banquette soit de série, deux sièges capitaines pour la ligne médiane (option de 625 $) améliorent les dégagements. Notez qu’elle se divise 60/40 et peut coulisser sur une distance de 7,5 pouces. De cette manière, on peut adapter l’espace comme bon nous semble. La troisième rangée brille par son confort, un aspect rare dans ce segment. Une personne adulte y sera bien, dans la mesure où les individus devant laissent un peu plus de dégagement. Volkswagen s’inspire du mécanisme de bascule des sièges présenté par Honda dans le Pilot pour faciliter l’accès de la banquette arrière.

En matière d’espace cargo, l’Atlas impressionne. On obtient avec tous les dossiers en place une aire de 583 litres, puis 1 572, et finalement 2 741 avec deux personnes à bord. À titre d’exemple, pour les mêmes mesures, le Pilot accorde 524/1 583/3 092 litres. Volkswagen insiste sur le fait qu’une planche de 4X8 peut y être insérée. Seul bémol dans l’organisation des assises : aucune commande électrique, tout se fait manuellement, mais aisément.

Le Volkswagen Atlas sera livrable avec deux configurations complètement différentes. La première, pour attirer les acheteurs avec un prix alléchant (35 690 $), sera équipée d’un quatre cylindres de 2 litres turbo de 235 chevaux/258 lb-pi. Avec ce moulin, un seul rouage de disponible, la traction. Évidemment, le plus pertinent pour le marché québécois sera le vénérable V6 de 3,6 litres de 276 ch./266 lb-pi qui adopte de facto l’intégrale 4Motion à partir de 39 790 $. Cette version vient avec une capacité de remorquage maximale de 5 000 livres. Pour les deux moteurs, on propose une boite automatique à huit rapports. Dans le cadre de l’essai, seul le V6 était disponible, le 2 litres arrivera plus tard cet automne.

Nouvelle référence
L’Atlas adopte sur la plate-forme MQB qui brille par sa rigidité et sa compétence. On découvre un produit solide comme le roc. Cette robustesse permet d’obtenir l’un des meilleurs comportements routiers dans le segment. Étant un Volkswagen, on retrouve l’ADN dynamique dans la conduite. À ce chapitre, seul le Mazda CX-9 peut lui tenir tête.

La direction se montre communicative considérant la taille de l’Atlas. D’ailleurs, bien qu’il soit imposant, on ne sent pas d’effet de lourdeur. Ce n’est pas une ballerine, mais il demeure agile. Les suspensions offrent un excellent mélange de fermeté et de confort. On connecte avec la route sans faire de concession sur notre bien-être. Le seul bémol apparent dans la conduite, les freins ont semblé très spongieux. On doit être insistant sur le pédalier pour obtenir le résultat voulu.

Conclusion
Volkswagen perce enfin le merveilleux monde des utilitaires sport intermédiaires avec un produit très sérieux qui sera en mesure de facilement s’imposer. Premier sept places depuis le départ du catastrophique Routan, l’Atlas saura bien servir les familles avec ses nombreuses qualités.
 

Spécifications techniques

Marque
Volkswagen
Modèle
Atlas
Année
2018
Version à l'essai
Execline (SEL Premium)
Échelle de prix (excluant les options)
35 690 $ à 52 540 $
Prix de la version à l'essai
52 540 $
Moteur
V6 3.6 litres, 276 ch @ 6 200 tr/min, 266 lb-pi @ 2 750 tr/min
Transmission
Automatique à 8 rapports
Rouage d'entraînement
Traction intégrale à prise temporaire
Garantie de base
4 ans / 80 000 km
Garantie du groupe motopropulseur
5 ans / 100 000 km
Consommation annoncée
Ville: 12.4 litres/100km Route: 10.2 litres/100km
Consommation enregistrée
11,7 litres/100km

Points forts / points faibles

  • Comportement routier
  • Habitacle très fonctionnel
  • Mariage Moteur/Transmission/AWD
  • Design discutable
  • Trop de plastique à bord
  • Freinage spongieux
 
 
 

Sondage

 

Laquelle de ces sportives aimeriez-vous voir renaître?

Infolettre

 

Inscrivez-vous à l'infolettre pour recevoir des offres et des nouvelles.

Émissions RPM
Émissions RPM Plus