POUR PLUS DE VIDÉOS, VISITEZ

Essai éclair

par Samuel Lessard, le 28 juin 2017

Hyundai Elantra GT 2018 : La surprise Retour aux essais
 

Venue remplacer l’Elantra familiale commercialisée jusqu’en 2000, l’Elantra GT à cinq portes a vu le jour en 2002. Basée à l’époque sur la berline du même nom, elle fut abandonnée en 2006 pour réapparaître en 2009 sous le nom d’Elantra Touring. Toutefois, cette dernière n’avait plus de lien commun avec la berline. Et pour cause, elle dérivait directement de la Hyundai i30 du côté de l’Europe, formule qui perdure depuis ce temps. Notez toutefois qu’en renouvelant la voiture en 2013, le sobriquet « Touring » fut abandonné dans l’optique de ramener l’acronyme « GT ».

L’année-modèle 2018 nous amène donc, en Amérique du Nord, la quatrième génération de la compacte à cinq portes de Hyundai. Le nouveau modèle diffère passablement de sa devancière du point de vue stylistique et mécanique. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que notre premier contact avec cette voiture nous force à constater qu’elle a pris des leçons d’allemand.

5 portes vs berline

En comparaison avec la berline, la gamme GT est simplifiée (GL, GLS, Sport et Sport Ultimate). À l’extérieur, la voiture adopte la nouvelle grille « en cascade », qui deviendra légion sur les nouveaux modèles de la marque. On remarque aussi des phares de jour de couleur ambrée sur les versions Sport alors que les GL et GLS ont des feux à DEL. De profil, des lignes sculptées garnissent les portes et donnent un look musclé à la voiture. La ligne de toit qui descend légèrement vers l’arrière et les feux supérieurs horizontaux sont du plus bel effet. Vue de l’arrière, la ressemblance avec la Golf de cinquième génération est marquante.

L’habitacle présente un tout nouveau tableau de bord complètement distinct de celui de la berline. L’écran central est désormais déposé sur le tableau de bord, façon Mercedes-Benz, surplombant ainsi les commandes de ventilation. La console centrale diffère d’une version à l’autre, surtout en raison de la présence d’un frein à main électrique sur les versions Sport.

Du point de vue mécanique, deux moteurs sont offerts. Dans les modèles GL et GLS, on retrouve un 4 cylindres 2,0 litres qui produit 161 chevaux à 6 200 tr/min et 150 livres-pied de couple à 4 700 tr/min. Le second moteur est le même 1,6 litre turbocompressé qu'on retrouve dans la berline Elantra Sport, développant 201 chevaux à 6000 tr/min et 195 livres-pied de couple, dès 1 500 tr/min. Les deux moteurs peuvent être jumelés avec une boîte manuelle à six rapports ou, en option, à une transmission automatique à six rapports (2,0 litres) ou à double embrayage à sept rapports (1,6 litre). La version Sport Ultimate dispose d’une pléiade d’aides à la conduite comme c’est de plus en plus la norme dans le modèle haut de gamme dans cette catégorie.

Prise de contact

Avec sa voute de toit noire et ses ceintures de sécurité aux accents de couleur rouge, l’habitacle de la version Sport de l’Elantra GT est attrayant. Les sièges (chauffants de série et ventilés sur la version Sport Ultimate) sont confortables et proposent un excellent support latéral, autant pour les jambes que pour le dos. L’instrumentation est claire et le tableau de bord est facile d’utilisation. On regrette cependant que le bouton de verrouillage des portières soit situé au centre (comme chez BMW), et que l’écran du système d’info-divertissement soit positionné si loin du conducteur. Mis à part ces quelques détails, la qualité d’assemblage, de finition et des matériaux est très bonne pour la gamme de prix. Pas de craquements, malgré la présence d’un toit ouvrant panoramique qui, par ailleurs, apporte une bonne luminosité dans l’habitacle.

À l’arrière, l’espace pour les jambes est correct et le dégagement pour la tête est bon également. Deux adultes y seront confortables. Le volume du coffre est généreux et la hauteur du plancher peut être réglée à deux niveaux différents. Le plancher du coffre n’est toutefois pas exactement plat une fois les sièges rabattus.

Sur la route, on constate que les versions GL et GLS sont clairement conçues pour être des voitures rationnelles. Elles sont confortables, bien insonorisées et bien équipées. La transmission automatique passe les rapports tout en douceur et le moteur 2,0 litres livre une performance honnête. La suspension arrière sur les modèles GL et GLS est à barre de torsion et elle offre une tenue de route adéquate en procurant une stabilité satisfaisante à la voiture, même sur des routes bosselées. Bref, un modèle sans histoire, mais qui offre un très bon rendement d’ensemble.

La surprise provient de la version Sport qui vous accroche un sourire au visage. Le petit moteur turbocompressé de 1,6 litre est nerveux et agréable à fouetter. Il émet une sonorité plaisante à l’oreille, qui n’est pas sans rappeler celle des Golf GTI. Une légère déception provient toutefois de la transmission manuelle qui souffre du manque de précision de son levier. La boîte séquentielle optionnelle est, pour sa part, bien étagée et rapide. Les changements de vitesse se font pratiquement instantanément en mode manuel. En reprise cependant, il y a un délai dans la réponse moteur même si la boîte rétrograde rapidement. La suspension arrière, cette fois à multibras avec barre stabilisatrice, permet une tenue de route franchement amusante et équilibrée.

Dans les deux cas, la direction est rapide, précise et elle offre des sensations au conducteur même si elle est surassistée. Le sous-virage typique des véhicules à traction se manifeste tard lorsqu’on pousse la voiture, et le système anti-dérapage laisse un peu de liberté au conducteur souhaitant s’amuser.

Deux personnalités

Clairement, l’Elantra GT possède deux personnalités. Avec le moteur turbo de 1,6 litre, elle est joueuse, équilibrée, amusante et performante alors qu’avec le 2,0 litres, elle offre un bon rendement général tout en étant confortable et frugale. Mon choix personnel se tourne vers l’Elantra GT Sport à boîte manuelle qui réplique, non pas fidèlement, mais de façon très honnête, l’équilibre général de la Volkswagen Golf.

Une seule interrogation demeure : le prix de chacune des versions n’a pas encore été révélé. La voiture est attendue chez les concessionnaires en août, quelque temps après le dévoilement des prix.
 

Spécifications techniques

Marque
Hyundai
Modèle
Elantra GT
Année
2018
Version à l'essai
Sport Ultimate
Moteur
4 cylindres, 1,6 litre, turbocompressé, injection directe, 201 chevaux @ 6 000 tr/min, 195 lb-pi de couple @ 1 500 - 4 500 tr/min
Transmission
Automatique (séquentielle à double embrayage) à 7 rapports
Rouage d'entraînement
Roues motrices avant
Garantie de base
5 ans / 100 000 km
Garantie du groupe motopropulseur
5 ans / 100 000 km
Consommation enregistrée
7,5 litres/100 km

Points forts / points faibles

  • Comportement routier équilibré
  • Moteur 1,6 litre nerveux
  • Caisse solide
  • Équipement généreux
  • Toit ouvrant panoramique exclusif
  • Boîte manuelle imprécise
  • Quelques détails ergonomiques à corriger
  • Direction surassistée
 
 
 

Sondage

 

Laquelle de ces sportives aimeriez-vous voir renaître?

Infolettre

 

Inscrivez-vous à l'infolettre pour recevoir des offres et des nouvelles.

Émissions RPM
Émissions RPM Plus