POUR PLUS DE VIDÉOS, VISITEZ

Essai éclair

par Vincent Aubé, le 2 juin 2017

Honda Odyssey 2018 : l'ultime véhicule familial? Retour aux essais
 

Charlottetown, Î-P-É – La Confédération canadienne célèbre en 2017 son 150e anniversaire d’existence, un processus qui a toutefois débuté trois ans plus tôt en 1864, dans la capitale de l’Île-du-Prince-Édouard, Charlottetown.

Un peu à l’image de l’île des Maritimes, l’Odyssey de Honda est arrivée un peu sur le tard dans la catégorie des minifourgonnettes, mais comme seul sait le faire le constructeur nippon, la représentante du constructeur a rapidement su faire sa place dans ce créneau familial. Plus de 20 ans plus tard, l’Odyssey est considérée par plusieurs comme l’ultime minifourgonnette de haut niveau.

Pour 2018, Honda apporte des correctifs importants à son véhicule le plus spacieux, tellement en fait qu’il faut considérer ces changements comme une authentique refonte. La catégorie qui a déjà été un fleuron de l’industrie nord-américaine n’est plus l’ombre d’elle-même, mais certains joueurs comme Honda, Toyota, Kia et même Chrysler veulent conserver leur part de marché dans un terrain de jeu destiné aux familles bien nanties. La seule option pour les petits budgets s’appelle Dodge Grand
Caravan et son règne achève… malheureusement!

Avec un prix de départ de 34 890 $ pour la livrée LX, l’Odyssey n’est certainement pas à la portée des petits budgets et lorsqu’on grimpe à l’échelon le plus onéreux – celui que nous avons pu essayer dans la plus petite province canadienne –, la facture est soudainement de 50 290 $. Oui, le monde de la « minivan » a bien changé depuis l’apparition de l’Autobeaucoup en 1984.

Des données techniques qui font peur
Par rapport aux premières fourgonnettes des années 80, les véhicules modernes équipés au possible, mais tout ce luxe a une incidence sur le poids de la caisse. Résultat : les moteurs 4-cylindres ont rapidement été troqués pour des V6 mieux adaptés au transport de sept ou huit passagers et de leurs bagages. Mais, avec la guerre de la puissance, les minifourgonnettes s’approchent dangereusement du cap des 300 chevaux-vapeur. La Chrysler Pacifica livre déjà une puissance totale de 287 chevaux, tandis que la Toyota Sienna fait monter les enchères à 296.

La nouvelle Odyssey se contente de 280 chevaux et d’un couple de 262 lb-pi, des statistiques tout à fait adéquates pour mouvoir ce salon sur roues. Notez tout de même que le V6 de 3,5-litres a changé par rapport à l’an dernier, celui-ci étant dorénavant aidé par l’injection directe, la désactivation de 3 des cylindres en conduite reposée étant toujours au menu.

La fourgonnette Honda partage aussi un élément avec la Chrysler Pacifica : sa boîte de transmission à neuf rapports. Oui, l’unité développée par ZF qui a fait couler beaucoup d’encre à cause d’une fiabilité aléatoire se retrouve également à bord de l’Odyssey 2018. Le constructeur offre d’ailleurs celle-ci à bord de son Pilot Touring depuis la refonte de ce dernier.

Malheureusement, lors de ce premier contact maritime, nous n’avons pas pu essayer ce groupe motopropulseur, puisque les Odyssey présentes à ce lancement canadien revêtaient tous l’écusson Touring. Et comme c’est le cas depuis quelques années, ce niveau de finition se voit confier un équipement qui le distingue des autres. En effet, l’Odyssey est la première du groupe à bénéficier de la nouvelle boîte automatique à 10 rapports développée par Honda, celle-ci étant aussi compacte que l’ancienne boîte à 6 vitesses du modèle sortant. Évidemment, l’objectif est d’améliorer les performances, mais aussi d’abaisser la consommation de carburant.

L’ultime moyen de transport pour la famille?
L’Île-du-Prince-Édouard est reconnue pour ses paysages pittoresques et ses routes de campagne. Notre trajet à travers la province était donc à l’image de la nouvelle Honda Odyssey – ou de n’importe quelle autre minifourgonnette en fait –, c’est-à-dire reposante. On ne conduit pas une boîte sur roues comme on aborde un apex sur un circuit, et ce, même si Honda affirme que l’Odyssey a été élaborée en ce sens.

N’empêche, le gain en puissance de 32 chevaux saute aux yeux aussitôt que le pied droit s’enfonce dans le plancher et ces premiers kilomètres effectués au volant ont révélé que la nouvelle transmission travaillait en parfaite harmonie avec le V6. Même le mode Sport s’avère relativement doux lors des changements de rapports.

L’Odyssey a toujours été parmi les meneuses de la catégorie en ce qui a trait à l’agrément de conduite. La direction est relativement précise, la mécanique est bien adaptée au châssis et les suspensions sont assez fermes pour aborder un virage à vive allure sans handicaper le confort. L’insonorisation est l’un des points forts de cette livrée Touring, les vitres étant plus épaisses que dans les autres versions.

De la technologie, en veux-tu en v’là!

L’expression salon sur roues est plutôt bien choisie pour décrire cette Honda Odyssey Touring 2018. Au-delà du confort de la sellerie en cuir et de l’espace généreux aux trois rangées, l’Odyssey Touring se démarque par une multitude d’innovations propres au modèle. La banquette arrière peut se transformer en deux sièges capitaines et ceux-ci peuvent également être déplacés sur le sens de la largeur afin de séparer ou non les passagers qui se chamaillent derrière. Notez qu’il est possible d’enlever entièrement la banquette ou non, tandis que celle qui se trouve tout à l’arrière se replie entièrement dans le plancher.
La sécurité fait également partie du langage du constructeur, le système Honda Sensing qui incorpore une liste interminable d’aides à la conduite est livré d’office sur tous les modèles.

L’écran du système multimédia n’est plus élargi comme par le passé, les études ayant démontré que les passagers écoutaient rarement deux fichiers vidéo en même temps. Honda a même pensé à inclure une fonction qui indique aux passagers des places arrière combien de temps il restait avant d’arriver à destination, un peu comme dans les écrans des avions modernes.

Vous en voulez plus? Honda introduit également les systèmes CabinTalk et CabinWatch, le premier servant à attirer l’attention de tous les passagers, grâce à un microphone logé à l’avant qui retransmet à travers les haut-parleurs des rangées arrière. Même les passagers branchés via les écouteurs sans fil au système multimédia peuvent entendre le message lancé par le conducteur.

Le CabinWatch, quant à lui, est unique au modèle Touring et fait appel à une caméra infrarouge située juste au-dessus de la deuxième rangée et permet de jeter un coup d’œil aux passagers arrière grâce à l’écran du système de divertissement dans la planche de bord. Il est même possible d’agrandir l’image à la manière des téléphones intelligents. Même si Honda affirme que cette nouvelle fonction est sécuritaire, permettez-moi d’être sceptique sur la pertinence d’un tel gadget à bord. Il est interdit pour le conducteur de regarder une vidéo en roulant, mais cette caméra en temps réel affiche justement une image entre les deux occupants de la première rangée. Imaginez le scénario : pendant que le conducteur jette un regard d’admiration sur ses deux enfants à l’arrière, ses yeux ne sont pas rivés sur la route. Un accident est si vite arrivé. En espérant que cette fonction ne causera pas d’accidents.

Et ce n’est pas tout, l’Odyssey autorisant la connexion d’une multitude d’appareils mobiles directement au système 4G LTE du véhicule, ce dernier venant avec quelques applications propres à l’Odyssey.

Un mot sur la planche de bord
En terminant, je me dois de glisser quelques commentaires sur la planche de bord renouvelée pour 2018. Si la finition est au rendez-vous – le contraire aurait été surprenant –, c’est également le cas avec la nouvelle interface du système de divertissement qui s’inspire des téléphones intelligents. Les graphiques sont franchement plus beaux que par le passé, tandis que le simple écran est assurément plus simple à utiliser qu’une paire d’écrans. Malheureusement, je ne suis pas encore vendu sur ces boutons pour actionner la boîte de vitesse. Le levier de vitesse traditionnel était parfait, pourquoi lui avoir préféré ces touches peu intuitives?

Malgré ce détail technique, la nouvelle Honda Odyssey 2018 – du moins en livrée Touring – semble promise à un bel avenir, et ce, malgré des ventes stables tout au plus. Il faudra attendre plus tard pour voir si la boîte de vitesses à 9 rapports travaille aussi bien que cette nouvelle unité à 10 rapports. Honda aura-t-il réussi à masquer les irrégularités de cette transmission? La question mérite d’être posée…
 

Spécifications techniques

Marque
Honda
Modèle
Odyssey
Année
2018
Version à l'essai
Touring
Échelle de prix (excluant les options)
De 34 890 $ à 50 290 $
Prix de la version à l'essai
50 290 $
Moteur
V6, 3,5-litres DACT, 280 ch @ 6000 tr/min, 262 lb-pi @ 4700 tr/min
Transmission
Automatique à 10 rapports
Rouage d'entraînement
Roues motrices avant
Garantie de base
3 ans / 60 000 km
Garantie du groupe motopropulseur
5 ans / 100 000 km
Consommation annoncée
Ville: 12,2 L Route: 8,5 L
Consommation enregistrée
9,1 L (majoritairement sur route de campagne)

Points forts / points faibles

  • Confort et insonorisation
  • Regorge de technologies
  • Groupe motopropulseur bien adapté au châssis
  • Le prix!
  • Fonction CabinWatch peu pertinente
  • Transmission automatique 9 rapports fiable?
 
 
 

Sondage

 

Laquelle de ces sportives aimeriez-vous voir renaître?

Infolettre

 

Inscrivez-vous à l'infolettre pour recevoir des offres et des nouvelles.

Émissions RPM
Émissions RPM Plus