POUR PLUS DE VIDÉOS, VISITEZ

Chroniques

par Benoit Charette, le 23 janvier 2016

Rencontrer son public Retour aux chroniques
 

Cela fait 15 ans que l’Annuel de l’automobile se pointe chaque année au Salon de l’auto de Montréal pour rencontrer les amateurs. Nous l’avons souvent répété, mais force est de constater que les Québécois ont une passion particulière pour la chose automobile. Nous sommes régulièrement deux ou trois membres de l’équipe sur place et nous avons souvent peine à fournir aux questions des gens nombreux qui attendent patiemment leur tour pour poser quelques questions et faire un brin de causette ne serait-ce que pour partager une passion ou une anecdote qu’il se devait de raconter.

Vous vous demandez sans doute quelles questions reviennent le plus souvent de la part des amateurs. Comme plusieurs d’entre vous, les gens hésitent entre deux ou trois modèles de véhicules et nous demandent notre avis. Combien de fois avons-nous répondu à la question : « Que devrais-je choisir entre un Mazda CX-5, un Honda CRV et un Toyota RAV-4 ? Presque qu’aussi souvent que celui que ne sait pas quoi prendre entre un F-150, un Silverado ou un Ram. Les gens sont aussi de plus en plus curieux à propos des voitures électriques et les hybrides. Beaucoup ne sont pas encore certains si la technologie est fiable et si cela représente un bon achat. On nous raconte souvent que les vendeurs sont peu renseignés en concession et qu’ils ne poussent pas la vente de ses modèles.

Il y a les consultations individuelles, les consultations de couple et même des consultations en cachette. Les deux dernières sont souvent très intéressantes, l’idée d’un moyen de transport chez l’homme et la femme ne revêt pas le même intérêt. Les consultations de couple relèvent très souvent du compromis. La femme est plus pratique, l’homme plus fanatique. Notre réponse doit être bien mesurée, car c’est souvent ce que l’on va dire qui va trancher le débat. Les consultations secrètes sont de loin les plus divertissantes. Nous avons parfois l’impression d’être au confessionnal. Les gens nous apprennent des aspects assez privés de leur vie pour motiver leur décision de faire l’achat de telle ou telle voiture. Mais elle laisse parfois poindre de réelles histoires qui nous touchent. Un ingénieur roumain m’a déjà raconté qu’il avait dû fuir son pays, car il était opposé au régime de dictature de Nicolae Ceaușescu. Il était parti en laissant tout derrière et me demandait de voir si je connaissais des gens qui pouvait posséder une petite décapotable européenne qu’il aimerait bien retrouver. Je l’avais référé à un club de propriétaires de voitures européennes. L’homme m’a parlé de son pays, de son travail, des conditions de vie là-bas. On sort grandi après une telle discussion.

Rencontrer son public permet aussi de belles trouvailles. C’est grâce à des idées du public que nous avons ajouté certains éléments dans l’annuel de l’automobile depuis des années. Le nombre de décibels dans la voiture est une idée d’un amateur tout comme le freinage 100-0. Nous servons aussi de centre d’emploi. C’est fou le nombre de personnes qui se portent volontaire pour des essais routiers, nous donnent leurs coordonnées pour des essais comparatifs et des plus jeunes qui s’informent comment on devient journaliste automobile.

Une chose est certaine, même si la voix est un peu faible à la fin de la journée, c’est toujours un immense plaisir de rencontrer des gens qui partagent la même passion que nous et nous sommes heureux de pouvoir faire un peu de ménage dans leur questionnement automobile.


 

 

 

 

 
 
 
 

Sondage

 

Laquelle de ces sportives aimeriez-vous voir renaître?

Infolettre

 

Inscrivez-vous à l'infolettre pour recevoir des offres et des nouvelles.

Émissions RPM
Émissions RPM Plus