POUR PLUS DE VIDÉOS, VISITEZ

Chroniques

par Benoit Charette, le 10 mars 2016

La soupe à l'alphabet. Retour aux chroniques
 

Je suis né à l’époque où les voitures avaient un nom, de préférence avec une inspiration de liberté d’évasion, de grands espaces. On pense d’abord aux animaux qui vivent libres dans de grands espaces, un Mustang, un Impala, des villes célèbres qui inspirent le rêve comme Malibu, Capri, Monza, Monaco, Séville et même la monarchie comme la Grand Marquis ou l’Imperial. Baptisé une voiture signifiait que l’on donnait une âme à un morceau de métal et un sentiment d’appartenance à ses propriétaires. Malheureusement, la plupart des constructeurs se tournent vers l’alphanumérique qui comme les indigestes mots de passe électronique deviennent un paquet de chiffres que l’on n’arrive jamais à se rappeler.

L’exemple de Lincoln

Lincoln est un cas probant avec des produits comme la MKZ, MKX, MKT ou MKS. Cela nous a pris des années à déchiffrer qui était qui et nous sommes dans le milieu automobile. Imaginez un peu la confusion des consommateurs. Il m’est impossible de m’attacher à un Lincoln MKX. Je parie que la moitié d’entre vous cherchent de quel modèle il s’agit. Ah oui, c’est celui qui est le jumeau du Ford Edge, vous voyez que c’est plus facile.

Infiniti a suivi

Infiniti et plus récemment Mercedes ont procédé à un remaniement de ses modèles en rebaptisant sa flotte. Chez Infiniti on utilise le préfixe Q ou QX : Q pour les berlines, les coupés et les cabriolets et QX pour les multisegments et les VUS. Le premier modèle à passer sous cette nouvelle appellation à été le G37 qui est devenu le Q50. Il y a donc le Q50, Q60 qui est l’ancien G37 coupé et Q70 qui s’appelait le M. Même principe pour les utilitaires, l’EX35 devient le QX50, le JX35 devient le QX60, le FX devient le QX 70 et le QX56 devient le QX80. J’ai du consulté mes notes car je n’étais plus certain de mes modèles. Dans le cas d’infiniti la chose est encore plus compliqué car ils ont changé d’une appellation alphanumérique à une autre. Les gens vont être mêler pour les 10 prochaines années.

Il faut blâmer la mondialisation

Elle a le dos large cette mondialisation. Les constructeurs prennent d’assaut tous les marchés automobiles de la planète avec quelques plateformes et des moteurs adaptés au public cible. Il est beaucoup plus facile de donner des lettres et des chiffres qu’un nom à une voiture qui peut mener à un faux pas linguistique comme la Buick La Crosse qui représente une ville de l’Indiana pour les Américains, mais pas du tout la même chose pour nous. Il y a eu le cas célèbre de la Chevrolet Nova qui veut dire : ne va nulle part en espagnol. Inutile de dire que la voiture n’a pas obtenu un gros succès au Mexique.

Pas d’erreur possible

Avec l’appellation alphanumérique, pas d’erreur possible. Les compagnies de battent en ce moment pour obtenir les droits à une lettre de l’alphabet qui n’a pas encore trouver preneur. Mais tout cela va dans la mouvance d’un monde de plus en plus clinique, propre et sans bavure. L’électronique gère nos vies et bientôt nos voitures. Les noms de code font parti de notre quotidien et pour bien aseptiser le tout, nos voitures arboreront un paquet de chiffres et de lettres comme seule identification. Le sentiment de puissance et d’appartenance est beaucoup plus grand au volant d’une Challenger Hellcat ou d’une Mustang Shelby Cobra qu’au volant d’un Lexus IS-F. Souhaitons qu’il restera quelques braves pour perpétuer des noms de voitures évocateurs qui continueront de nous faire rêver.


 

 
 
 
 

Sondage

 

Laquelle de ces sportives aimeriez-vous voir renaître?

Infolettre

 

Inscrivez-vous à l'infolettre pour recevoir des offres et des nouvelles.

Émissions RPM
Émissions RPM Plus